top of page
Rechercher

Gestion des émotions

Dernière mise à jour : 26 mars 2021



Qui n'a pas rêvé d'une vie zen ?

L'être humain est indissociable de ses émotions, elles sont indispensables à son équilibre. Encore faut-il ne pas se laisser déborder...sinon gare au stress et aux pathologies en tout genre.


Difficile d'imaginer une vie sans émotions, le cinéma ou la littérature se sont penchés sur le sujet, autant dire qu'on frise le cauchemar : une vie fade, sans relief, le vide sidéral...La réalité est tout autre : se débattre contre la pression quotidienne, le stress, les chocs émotionnels, se remettre d'un burn-out, essayer de se détendre, de trouver un équilibre sont devenus incontournables pour se sentir mieux dans sa vie. Avant de faire un petit tour parmi les techniques de gestion du stress qui ont fleuri ces dernières années, essayons de comprendre ce qui se cache derrière le concept d'émotion souvent galvaudé.


Une émotion c'est quoi ?

Le terme émotion vient du latin "emovere" qui signifie ce qui agite, remue, bouleverse l'esprit. La conception occidentale des émotions se concentre sur les réactions psychiques déclenchées par des stimuli issus de l'environnement. "Trouble subit, agitation passagère causés par un sentiment vif de peur, de surprise, de joie, etc.; réaction affective transitoire d'assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l'environnement." La définition du Larousse est simpliste et demande quelques approfondissements. Le philosophe René Descartes ne soupçonnait pas dans son traité Les Passions de l'âme paru en 1649 à quel point les émotions seraient décortiquées faisant l'objet de nombreuses théories. Descartes identifiait "six émotions simples : l'admiration, l'amour, la haine, le désir, la joie et la tristesse." Mais parlait-il d'émotion ou de sentiment ?


En quoi l'émotion est-elle différente de la sensation et du sentiment ?

L'émotion est provoquée par la confrontation à une situation et à l'interprétation de la réalité ; elle génère une réaction extérieure. La sensation elle, est directement en lien avec la perception sensorielle, elle est purement physique (ex : sensation de chaleur). Le sentiment quant à lui n'a rien à voir avec une manifestation réactionnelle, il se construit dans la durée, il est ce que notre cerveau perçoit, ressent face à une personne ou à une situation. Il est l’expression de nos impressions et suscite en nous une émotion.

Les chercheurs de tout bord se sont lancés dans une quête sans fin de la définition de l'émotion, chacun donne sa version selon l'angle d'étude, difficile de s'y retrouver. Théories psychologiques, relationnelles, de l'évaluation cognitive, du système interruptif...D'un point de vue comportemental l'émotion influencerait le choix d'un individu en réponse à un stimulus externe ou interne. Les émotions seraient "un savant mélange de facteurs biochimiques, socioculturels et neurologiques" (O'Regan 2003). Elles se traduisent par des réactions motrices (tonus musculaire, tremblements...), comportementales (incapacité de bouger, agitation, fuite, agression...), et physiologiques (pâleur, rougissement, accélération du pouls, palpitations, sensation de malaise...). Malgré la difficulté à donner une définition claire les spécialistes s'accordent sur le fait que les émotions sont étroitement liées à nos décisions, nos actions, nos comportements quotidiens, nos choix et perceptions.


La tradition médicale chinoise nous donne une toute autre version

L'être humain est un tout indivisible. Toute émotion qui l'anime est donc l'expression d'un mouvement d'énergie qui prend sa source au cœur de l'individu en réponse à des stimuli internes ou environnementaux. Cette énergie se manifeste au niveau de la conscience, l'alimente et lui permet d'évoluer. Les émotions sont ici indissociables du corps humain. La médecine énergétique chinoise insiste sur l'importance des effets que les émotions produisent sur les énergies et sur le corps humain. Les émotions nuisent à l'être humain à partir du moment où elles envahissent son esprit et le contrôle, elles entraînent la perturbation de l'équilibre des organes internes mais aussi du QI (énergie) et du sang. La gravité des perturbations sera d'autant plus grande que les émotions seront intenses, persistantes et répétées.


Quels liens peut-on faire entre émotions et maladies ?

Ces dix dernières années nombre d'études scientifiques ont confirmé les liens entre émotions et problèmes de santé. Pas question de dire que la maladie est uniquement dans la tête mais il n'est plus aberrant de dire que les mécanismes physiologiques qui se produisent dans notre corps sont influencés par nos pensées et nos émotions. D'après une étude du Dr Herbert Benson de l'Université de Harvard, 60 à 90% des visites chez le médecin sont liées au stress. Les liens entre le stress, les émotions, les comportements, d'une part, et l'inflammation, l'obésité, la douleur, les symptômes gastro-intestinaux, les troubles de la fertilité, les maladies cardiovasculaires, le diabète, et de nombreux problèmes de santé chroniques sont plus souvent étudiés et mis en évidence. Les neurosciences mettent en lumière l'importance des émotions. Si nous générons des pensées négatives, alors nous produisons des substances neurochimiques comme le cortisol (généré en cas de stress), la substance P. (associée à la régulation des troubles de l'humeur, de l'anxiété, du rythme respiratoire, des nausées et de la douleur) et l'adrénaline (en réponse à un état de stress ou lors d'une activité physique). Avec des pensées positives, sérotonine (bien-être), dopamine (plaisir) et ocytocine, les hormones du bonheur sont au rendez-vous. Les travaux sur l'étude des bases neuronales de la cognition et du comportement du célèbre neuroscientifique Antonio Damasio font la démonstration que les émotions sont impliquées dans la prise de décision.

Médecins, chercheurs et thérapeutes s'emparent de ces résultats déterminants pour mettre en place des techniques de gestion des émotions, techniques psychothérapeutiques axées sur l’équilibre et l’harmonisation corps/esprit. Parmi elles certaines ont largement montré leur efficacité, les plus récentes devront encore faire leur preuve. Un conseil, choisissez des professionnels diplômés, la profession de thérapeute encore mal encadrée peut faire des ravages, face à la détresse on ne rigole pas avec les émotions.

Techniques courtes à la rescousse

Débutons ce tour d'horizon non exhaustif par la technique sans doute la plus connue : l'EMDR (Eyes mouvement desensibilisation and reprocessing). Si elle a été découverte et développée fin des années 80 par Francine Shapiro aux Etats-Unis, elle n'a cessé de se développer en France avec un bon spectaculaire ces dix dernières années. Elle a fait l'objet d'innombrables études cliniques qui ont largement démontré son efficacité dans le traitement psychothérapeutique des états de stress post-traumatique et ainsi balayé les arguments de ses détracteurs. Elle utilise la stimulation sensorielle des deux côtés du corps, soit par le mouvement des yeux soit par des stimuli auditifs ou cutanés. Cette pratique vient débloquer les mémoires et les émotions négatives stockées dans le système nerveux et aider le cerveau à retraiter l'expérience traumatisante afin qu'elle puisse être digérée. Cette thérapie doit être pratiquée par des professionnels (si possible psychologue ou psychiatres) ayant suivi une solide formation au risque de provoquer chez les patients des décompensations non gérables. L'EMDR a ouvert la voie à de nombreuses autres techniques parfois surprenantes mais non dénuées d'intérêt.

L’EFT (Emotional Freedom Techniques) mise au point par Gary Craig, est une forme d'acupressure émotionnelle. Elle consiste à traiter les perturbations émotionnelles (traumatismes, souvenirs douloureux, phobies, troubles anxieux, obsessions, douleurs, affections psychosomatiques…) par tapotement du bout des doigts de certains méridiens d'énergie accompagnés de phrases de revalorisation. Elle peut être pratiquée par le patient lui-même pour affronter de manière autonome des situations difficiles.

La Logosynthèse fut développée par le psychologue, psychothérapeute, coach et conseiller suisse Docteur Willem Lammers. Cette méthode thérapeutique se base sur le pouvoir des mots. Elle tire son appellation du grec logos : parole et sunthesis : mettre ensemble. L'idée fondamentale est d'identifier les blocages, leurs sources et d'utiliser le pouvoir des mots pour les neutraliser et relancer la circulation d'énergie jusque ici entravée par des peurs, traumas ou croyances négatives.


La Méthode REMAP (Reed Eye Movement Acupressure Psychotherapy) a été inventée par le thérapeute Steve Reeds. Elle permet de soulager la détresse émotionnelle par l’intermédiaire du champ énergétique corporel. La Quick REMAP propose un ensemble de sept protocoles constituant la dernière avancée scientifique en matière de soulagement rapide du cerveau limbique (cerveau émotionnel). La stimulation de certains points d’acupression sur l’amygdale (centre d’alarme qui perçoit le danger) calme rapidement la partie du cerveau qui enregistre et se souvient du danger et de la détresse émotionnelle. Le patient stimule lui-même les points d’acupression; le thérapeute ne doit pas toucher le patient. Cette technique permet d’identifier et de calmer le mécanisme responsable de réactions de stress aigu.


La formation Traitement du champ visuel REMAP Le Traitement du Champ Visuel REMAP (TRT-CV REMAP) est une technique de mouvement oculaire approfondie, qui permet aux patients de se reconnecter à leurs sensations et leurs émotions afin de désensibiliser et retraiter les situations à assainir. Elle permet de mettre le doigt sur les zones du champ visuel qui sont associées à la détresse émotionnelle et de trouver la zone qui permet au client de se connecter à des ressources utiles. Cette technique vient renforcer l’EMDR dans le cas où le patient se retrouve en dissociation.


La formation Full REMAP tire ses enseignements d'interventions scientifiques de pointe, elle est principalement utilisée sur les cas complexes et résistants aux interventions. Full REMAP s’appuie sur l’équilibrage du cerveau par mouvements oculaires associée à une technique d’acupression étendue. Pratiquée par le patient lui-même, la technique Full REMAP s’est montrée particulièrement efficace pour traiter les blocages psychologiques, les formes d’auto-sabotage, les stress post-traumatiques graves, les états dépressifs…

La TAT (Tapas Acupressure Technique) se concentre sur l'élimination des traumatismes et croyances négatives grâce à la combinaison d’un léger contact sur certaines zones d’acupression situées sur la tête et d’une attention méditative sur le problème à traiter. Elaborée par l'acupunctrice Tapas Fleming elle s'avère décisive sur un large panel de problématiques psychologiques : croyances négatives, blocages, traumatismes, souffrances émotionnelles, peurs, deuils, dépressions. Sa particularité réside dans le fait qu'elle permet de résoudre les difficultés sans avoir à connaître ni leur origine ni leurs détails. L'attitude méditative installée est relaxante et très apaisante.


TIPI (technique d'identification des peurs inconscientes) se différencie des autres techniques évoquées ici car elle vise le "sensoriel" et non l'"émotionnel". La méthode incite le patient à revivre la situation à l'origine des peurs qui le rongent, l'angoissent, l'irritent voire le rendent dépressif et dont il n'arrive pas à se défaire. Pas question de faire appel à l'intellect, d'essayer de comprendre, il s'agit seulement de revivre intérieurement la scène identifiée en laissant remonter les émotions et en se posant la question : "Qu’est-ce que cela fait dans mon corps ?" et vivre toutes les manifestations physiques qui émergent. Cette simple question fut à l'origine de la découverte de cette méthode par Luc Nicon, formateur pour adultes.

Le site iipeca.academy est une source intéressante d'informations sur certaines de ces techniques


Le bonheur en boîte

D'un côté les librairies regorgent de livres qui vantent les mérites de techniques pour être heureux ! de l'autre l’industrie pharmaceutique crée des médicaments psychotropes de plus en plus sophistiqués sensés apaiser chaque douleur de la vie (antidépresseurs, anxiolytiques, hypnotiques, régulateurs de l'humeur...). L'usine chimique miniature de notre cerveau qui gouverne nos émotions est passée au crible avec des budgets dont rêveraient évidement les thérapies alternatives ! Reconnaissons que dans certains cas les petites pilules sont bien utiles pour réduire le mal être émotionnel et faciliter l’efficacité de la psychothérapie. Le problème est que ces médicaments sont trop facilement prescris et qu'ils génèrent des dépendances et des effets secondaires non négligeables.



ça se passe comment dans le cerveau ?

Les émotions sont stockées, traitées et gérées dans le système limbique, un ensemble de structures cérébrales situées au centre du cerveau, sous le néo-cortex. Ces structures (thalamus, hippocampe, amygdale, formation réticulée, fornix, septum, hypothalamus et hypophyse) sont liées les unes aux autres et s’influencent mutuellement. Les neurotransmetteurs, substances sécrétées en permanence pour faire passer l'information entre les cellules nerveuses, jouent un rôle fondamental dans nos états d'âme. Le système limbique a la capacité de condenser l’énergie de l’émotion (mesurable sous forme de charge électrique) jusqu’à une certaine limite. Au-delà de cette limite il envoie le surplus d’énergie dans certaines régions du corps, ce qui pourrait expliquer les expressions qu'on a tous un jour utilisées: "je me sens sous tension" "je pète les plombs"...




12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page