top of page
Rechercher

Le Jin Shin Jyutsu, un art d'harmonisation de l'énergie à portée de main

Dernière mise à jour : 22 janv. 2021


Le Jin Shin Jyutsu (仁 神 術) est un art venu du Japon qui s’appuie sur l’idée que notre être est traversé par des circuits d’énergie


Les mains sont le seul outil indispensable à la pratique de l'art ancestral japonais aux multiples vertus le Jin Shin Jyutsu. Les mains posées sur certains zones du corps facilitent la libre la circulation de l'énergie vitale et fluidifient les réseaux d'énergie qui ont de multiples raisons émotionnelles, physiques et mentales, d'être encombrés, ralentis, bloqués.


Connaissez-vous cette pratique japonaise ancestrale ?

Afin d'appréhender ses spécificités et ne pas faire d'amalgame avec d'autres pratiques énergétiques (Médecine chinoise, Shiatsu...), un petit retour historique s'impose. Au début du XXème siècle, le Maître japonais Jirô Murai est atteint d'une grave maladie que la médecine ne réussit pas à guérir. Il se retire en montagne où il pratique la méditation, le jeûne et des exercices appelés Mudrâ. D'après la tradition védique, chaque doigt permet de véhiculer une énergie bien spécifique. La pratique des Mudrâ permet de faire circuler ces énergies, de les faire dialoguer entre elles en connectant les doigts. Sa guérison inespérée est une telle révélation qu'il choisit de consacrer sa vie à comprendre et étudier cet art de guérison à travers des expériences personnelles et l'étude poussée de textes anciens. La cosmogonie japonaise racontée dans le Kojiki ou « Chronique des choses anciennes », le plus ancien écrit japonais connu à ce jour (an 712), recueille des connaissances transmises jusqu'alors de génération en génération de manière orale. Il dévoile que cet art, que Jirô Murai appellera Jin Shin Jyutsu, faisait partie de la sagesse traditionnelle avant de s'étioler et tomber aux oubliettes...À la fin des années 40, le Maître transmet son savoir à une jeune étudiante américaine d'origine japonaise Mary Burmeister. À son tour, dès 1963, elle dédie sa vie à cet art et l'enseigne en Occident jusqu'à sa mort en 2008.


L'énergie à portée de doigts


Ce brin d'histoire donne un éclairage sur la richesse de cet art qui s'est nourri des savoirs ancestraux chinois, indiens, japonais et peut-être bien d'autres...

La traduction littérale de Jin Shin Jyutsu « l’Art du Créateur à travers l’Homme de connaissance et de compassion » évoque l'idée que chaque être humain qui est à l'écoute de soi et de l'énergie vitale (Ki en japonais), possède les capacités de guérison. S'imprégner de cet art ancestral est un véritable art de vivre. À la différence d'une majorité de soins énergétiques, le Jin Shin Jyutsu se pratique très facilement sur soi-même, à son rythme. Cet art considère que l'énergie vitale circule dans chaque être vivant et que sa densité varie selon les profondeurs. Les neuf profondeurs correspondent aux différentes dimensions d’un être vivant en lien avec les fonctions spécifiques du corps, du mental et des émotions. Ces profondeurs interagissent entre elles et avec l'Univers dont elles sont issues. L'explosion d'énergie à l'origine de l'Univers constitue la neuvième profondeur que nous avons tous en nous. Chaque profondeur est engendrée par la précédente (source, étincelle de vie...matière, être humain) et liée à une zone de la main ; chaque doigt est relié à un couple d'organes et aux émotions associées. Il est ainsi possible d'envelopper le pouce droit avec les doigts de votre main gauche pendant deux minutes pour travailler en douceur sur les troubles en lien avec l'estomac et la rate et les émotions d'inquiétude et d'anxiété. Une grande attention est portée au souffle, l'expiration exprime l’évacuation de l’énergie stagnante et l'inspiration nourrit le corps en énergie nouvelle. Cet art utilise 26 points d'énergie appelés « Verrous de Sauvegarde » placés sur des trajets énergétiques qui alimentent les deux côtés du corps. Lorsque l'énergie est verrouillée, bloquée, le praticien, tel un artiste devant sa palette de couleurs, choisit les zones où poser ses mains, sans appuyer. C'est le choix sensible de l'association des zones qui permet de lever les stagnations et d'harmoniser les flux énergétiques. Le choix de zones sur le courant central qui parcourt le corps peut être associé aux 26 verrous. La douceur de cette pratique est appréciée et convient à tous les âges, elle soulage les douleurs en général, les troubles psychologiques et nerveux, troubles du sommeil, problèmes cutanés, digestifs, respiratoires, etc.

Seuls 22 instructeurs transmettent cet art à travers le monde, Mme Nathalie Max est la référente française qui m'a permis d'élaborer cette présentation. Pour toute demande de formation vous pouvez la contacter sur https://www.nathaliemax.com


en savoir plus :

Mes premiers pas

Voici un petit exercice à pratiquer à votre rythme, confortablement installé (debout, assis ou couché). Il travaille sur le flux du courant central. Placez les doigts de la main droite au sommet de la tête et placez les doigts de la main gauche entre les sourcils. Tout au long de cette pratique la main droite reste au sommet du crâne. Chaque étape dure au minimum 2 minutes. Déplacez les doigts de la main gauche vers le bout du nez puis vers le sternum entre les seins puis vers la base du sternum et enfinvers le pubis. Pour la dernière étape, gardez la main gauche sur le pubis, déplacez les doigts de la main droite vers la base de la colonne vertébrale (coccyx). Cette pratique simple est un bel exercice d'harmonisation globale.


À lire :

Jin Shin Jyutsu, L'art de revitaliser et d'harmoniser le corps, les émotions et le mental par le toucher, de Mary Burmeister et Tom Monte, éd. Jouvence.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page